TitreLes mystères d'Andania : étude d'épigraphie et d'histoire religieuse
Auteur(s)Deshours Nadine
Année de publication2006
CollectionScripta antiqua
Volume16
VilleBordeaux
Isbn2-910023-72-9
ÉditeurAusonius Éditions
RésuméEtude en français. Texte du Règlement en grec ancien avec traduction française en regard
Nb de pages278
Prix5€
Poids550
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureLes Mystères d'Andania étaient, d'après Pausanias, presque aussi vénérables que ceux d'Eleusis, bien qu'ils fussent organisés par une cité moins fameuse, Messène. Un règlement cultuel daté de 90/91 a.C. nous apprend en grand détail la manière dont la fête se déroulait. une confrontation avec le corpus des lois sacrées permet de discerner en quoi elle est ou non typique de l'époque hellénistique.
La cité de Messène fut fondée en 370/369 a.C. lorsque, après Leuctres, les Spartiates perdirent le contrôle de la Messénie. L'identité de la nouvelle cité et son existence même étaient problématiques parce que sont corps civique était composé en partie d'anciens Hilotes. Pour définir leur identité et légitimer l'existence de la cité, les Messéniens se forgèrent alors une "légende nationale" qui retraçait leur lutte supposée séculaire contre les Spartiates (durant les "Guerres de Messénie") et justifiait l'organisation de leur panthéon civique (avec Déméter, Artémis, les Dioscures et Zeus comme divinités principales). dans cette pseudo-histoire, rapportée par Pausanias, les Mystères d'Andania jouent un rôle de premier plan car ils se placent aussi bien aux origines de la Messénie des temps mythiques qu'à celle de la "polis" classique.
Par l'examen des sources archéologiques (multipliées par les découvertes des deux dernières décennies sur le site de Messène) et la déconstruction du texte de Périégète, nous parvenons à une interprétation globale des Mystères d'Andania, à la fois comme fête religieuse et comme pierre angulaire du discours des Messéniens sur leur identité.