TitreCycles de la Nature, Cycles de l’Histoire. De la découverte des météores à la fin de l’âge d’or
Auteur(s)Bertrand Estelle, Compatangelo-Soussignan Rita (éd.)
Année de publication2015
CollectionScripta antiqua
Volume76
VilleBordeaux
Isbn978-2-35613-128-7
ÉditeurAusonius Éditions
Nb de pages296
Prix25 €
Poids600
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureAprès la révolution darwinienne et l’affirmation de la pensée positiviste, les théories antiques des cycles de la nature et de l’histoire ont paru longtemps antagonistes et dépassées par rapport à la conception linéaire et évolutionniste de la science et de la société telle qu’on pouvait la concevoir à partir du XIXe siècle. Cependant, d’une part les bouleversements politiques de l’histoire la plus contemporaine, d’autre part la “révision discontinuiste” de la théorie de l’évolution du dernier quart du xxe siècle, opérée notamment par Stephen Gould, ont rendu toute leur valeur aux notions d’inégalité, de rupture, mais aussi de rythmes au cours de l’évolution de l’histoire humaine et naturelle.
Le présent volume, issu de deux Journées d’Études tenues au Mans en 2012 et 2013, entend reprendre, dans le cadre d’une nouvelle approche critique, pluridisciplinaire et complémentaire, les productions scientifiques, philosophiques, littéraires et iconographiques qui mettent en œuvre les notions de cycle dans l’Antiquité et interroger ainsi à nouveaux frais les conceptions “évolutionnistes” antiques de l’homme et de la terre ainsi que leur postérité.


From the 19th Century onwards, the advent of the Darwinian revolution and Positivist thinking made ancient theories about the cycles of nature and history obsolete and contrary to modern conceptions of the linear evolution of science and human societies. More recently, however, contemporary political upheavals combined with the revisionist views of “discontinuity” in evolutionary theory in the last quarter of the 20th Century (employed most notably by Stephen Jay Gould) have given renewed value to the notions of inequality, rupture and even “rhythms” throughout the course of human and natural history.
The current volume, the product of two Conferences held in Le Mans in 2012 and 2013, aims to examine the scientific, philosophical, literary and iconographic works of Antiquity which utilize the concept of cycles, within the framework of a new critical and multi-disciplinary approach. All the papers collected herein attempt to question in a new light the ancient “evolutionary” theories about Man and Nature, and to trace their impacts in modern thought.