TitreLa cité interconnectée dans le monde gréco-romain (IVe siècle a.C.- IVe siècle p.C.)
Auteur(s)Madalina Dana, Ivana Savalli-Lestrade (éd.)
Année de publication2019
CollectionScripta antiqua
Volume118
VilleBordeaux
Isbn9782356132420
ÉditeurAusonius Éditions
Nb de pages340
Prix25 €
Poids650
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureCe volume, rassemblant les travaux d’une équipe d’experts internationaux, examine le rôle privilégié de la cité dans la toile des relations sociales, culturelles, religieuses et diplomatiques qui ont façonné l’œcoumène gréco-romaine depuis l’avènement d’Alexandre le Grand. En pensant l’articulation entre mobilité et réseaux, les auteurs se sont notamment interrogés sur les cadres, les mécanismes et les conséquences de la connectivité. La mobilité spontanée ou institutionnalisée des acteurs de la connectivité – marins, marchands, artisans, militaires, lettrés, athlètes et pèlerins, mais aussi proxènes, ambassadeurs, juges et arbitres, fonctionnaires et dignitaires au service de dynastes et rois – a eu des effets incommensurables tant sur les cités que sur les partenaires de celles-ci qui n’étaient pas Hellènes ou avaient adopté d’autres formes de vie collective que la cité. Les relations paritaires ou hiérarchiques entre cités ont été transformées, à diverses échelles et selon les époques, par les échanges promus dans le cadre des cités. La culture politique de ces dernières a progressivement modelé de larges secteurs du monde méditerranéen et pontique, tout en favorisant la construction de la mémoire collective qui a mené à la reconfiguration des identités locales.


The present volume, from a team of international experts, examines the pivotal role of the city in the social, cultural, religious and diplomatic fabric which shaped the Greco-Roman oikoumene since the advent of Alexander the Great. In clarifying the interplay between mobility and networks, the contributors examined in particular the frameworks, mechanisms and consequences of connectivity. Most typical agents or promoters of such connectivity were sailors, traders, craftsmen, soldiers, men of letters, athletes and pilgrims, but also proxenoi, ambassadors, judges and arbitrators, officers and dignitaries serving dynasts and kings. Mobility, both spontaneous and/or institutionalized, yielded immense effects on the Greek cities as well as on their non-Greek partners, whether these lived in cities themselves or other communal structures. Traditionally, relationships between cities had been either hierarchical or symmetrical. But, over time, the exchanges promoted within the framework of individual cities led to a diversification of relations. At the same time, a political-cultural model emerged which served as a blueprint throughout the Mediterranean and Pontic world(s). One ramification of this trend was the construction or reconfiguration of memories into a set of local identities.