TitreL'étruscologie dans l'Europe d'après-guerre
Auteur(s)Marie-Laurence Haack, avec la collaboration de Martin Miller (éd.)
Année de publication2017
CollectionScripta Receptoria
Volume10
VilleBordeaux
Isbn978-2-35613-205-5
ÉditeurAusonius Éditions
Nb de pages458
Prix30 €
Poids900
DisponibilitéEn stock
4ème de couvertureLes actes de ces journées d’étude à Amiens et Saint-Valéry-sur-Somme font suite à deux autres volumes d’actes de colloques (2015 et 2016) sur l’histoire de l’étruscologie au xxe siècle dans le cadre d’un programme promu et financé à partir de 2011 par l’Institut Universitaire de France. L’objectif de ce programme consistait à étudier comment les Étrusques sont devenus un objet d’étude autonome et unitaire au moment de la construction des nations européennes. Ce troisième volume complète le parcours chronologique par l’étude de la période qui suit la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’équipe de chercheurs, réunie du 14 au 16 septembre 2015, s’est demandée si la chute du fascisme en Italie et du nazisme en Allemagne avait mis fin à la période de crise à laquelle a dû faire face l’étruscologie au moment de la Seconde Guerre mondiale et si elle avait inauguré une nouvelle période pour les études sur les Étrusques. En clair, l’Europe politique a-t-elle donné un élan aux études sur les Étrusques ou les étruscologues ont-ils d’eux-mêmes cherché en Europe un renouveau qu’ils ne trouvaient pas dans leur seul pays ? La question revient à se demander dans quelle mesure les étruscologues ont adhéré à ces valeurs européennes et dans quelle mesure ils s’en ont servi de filtre pour orienter leurs études. On étudie ainsi quel a été le rêve européen des étruscologues d’après-guerre, comment il a influencé la question des origines des Etrusques et comment il a rendu les Etrusques populaires, et comment il s’est heurté aux réalités d’une Europe divisée.