TitreVeni, vidi, scripsi : écrire l'histoire dans l'Antiquité
Auteur(s)Pauline Duchêne, Marion Bellissime (éd.)
Année de publication2021
CollectionPrimaLun@
Volume7
VilleBordeaux
Isbn978-2-35613-379-3
ÉditeurAusonius Éditions
DisponibilitéEn libre accès sur UN@
4ème de couvertureIssu des échanges fructueux qui marquèrent les trois premières années du séminaire ‟ Historiographies antiques ” (École normale supérieure de Paris, Université Lyon II), ce volume a pour ambition à la fois de permettre à des lecteurs francophones de mieux comprendre la façon dont l’écriture de l’histoire était pratiquée dans l’Antiquité et de l’incarner dans des exemples concrets, tirés d’auteurs grecs et romains, de l’Athènes du Ve siècle avant notre ère aux scholiastes de l’Antiquité tardive.
Pour ce faire, à la suite d’une introduction conséquente, rédigée par M. Bellissime et P. Duchêne, présentant les dernières avancées scientifiques dans ce domaine, dix contributions s’attachent à les illustrer, en se situant, comme les historiens antiques eux-mêmes, au carrefour entre histoire et littérature. Côté historique, G. Van Heems s’intéresse à la question de la sélection des sources, A. Jayat à la reconstitution des discours, F. Galtier, puis O. Devillers à la façon d’aborder l’événement historique majeur que représentait la mort d’un empereur. Côté littéraire, M. Lencou-Barème, puis I. Cogitore et L. Autin se penchent sur les réseaux de sens conférant sa cohérence à un ouvrage historique, la première à travers les références à la religion, les seconds dans les discours tenus par les personnages féminins. Puis D. Barcat et A. Pulice mettent au jour la façon dont l’organisation globale d’une œuvre pouvait être pensée, tandis que P. Ponchon et R. Cytermann s’intéressent aux éléments définitoires du genre.
En rassemblant des textes produits par des chercheurs et chercheuses aussi bien reconnu.e.s qu’en début de carrière, cet ouvrage témoigne également de la vitalité et de la richesse des recherches menées dans ce domaine en France.